Bibliothèque Turque

Accueil > Multimédia > Photos > Des soldats de la « Légion d’Orient »

Des soldats de la « Légion d’Orient »

mardi 30 octobre 2012, par Redacteur




Après des négociations en Septembre et Octobre 1916, entre Nubar Pacha et les autorités françaises, la Légion de l’Est (Légion d’Orient) a été officiellement créé au Caire en Novembre 1916.

C’était une unité auxiliaire de l’armée française, qui se composait de volontaires arméniens du Moyen-Orient, en Europe et en Amérique du Nord, dont le but serait la libération de Cilicie de l’Empire ottoman, en vue d’établir un Etat arménien indépendant dans région.

Plusieurs organisations arméniennes ont annoncé des contributions pour former des bataillons de la Légion.

Après des négociations avec les autorités britanniques, il a été décidé que la formation des bénévoles aura lieu à Monarga dans la péninsule de Karpas, Chypre. Le camp a été construit en Décembre 1916 par des réfugiés arménien.

La sélection et la formation étaient très strictes. Le camp se composait de siège, les casernes, diverses installations auxiliaires et une petite chapelle. Dans l’ensemble, il y avait 4 124 bénévoles qui ont formé trois bataillons. Le commandant du camp, le lieutenant-colonel d’infanterie Louis Romieu et spirituelle berger était archevêque Taniel Chakopian, aidé par l’archimandrite Krikor Bachlavouni, qui plus tard est devenu connu comme "Topal Vartampet" (Koutsos Archimandrite). La formation a été achevé en mai 1918.

Le 3e Bataillon a quitté Chypre en Octobre 1918.

En Décembre 1918, la Légion composée de 4 bataillons, 4 368 soldats et 66 officiers - installés dans la région de Cilicie, dans le cadre du mandat français, où sont resté jusqu’à sa dissolution en Août 1920.

En Février 1919, après la dissolution de la Légion, seul un très petit nombre de légionnaires est retourné à Chypre. Il est à noter que dans le cimetière arménien de Larnaca est tombe 9 légionnaires tués au combat, "qui a été construit par le Consulat français à la fin des années 1940.

Aujourd’hui, très peu de vestiges de ce qui fut le camp de la Légion, maintenant les zones occupées par les turcs de Chypre.